Le leadership libérateur, toute une éducation

Le mouvement des entreprises libérées applique le leadership libérateur aux entreprises et organismes publics. Il est décrit, promu et suivi par Isaac Getz et Brian M.Carney http://liberteetcie.com/ … Et peut-être d’autres.

Lors de ses conférences, Isaac Getz met l’accent sur trois besoins psychologiques fondamentaux des êtres humains, mal couverts par les organisations pyramidales, systèmes hiérarchiques traditionnels : auto-direction, auto-réalisation (développement personnel) et égalité intrinsèque. En filigrane : la confiance mutuelle des acteurs, sans laquelle rien n’est possible.

Conférence Isaac Getz "Etre et travailler de manière ouverte et collaborative". Facilitatrice graphique : Céline Pernot-Burlet (@cibi1974)

Auteure scribing @cibi1974

 

Étonnamment, puisque nous naissons tous « libres et égaux en droits », être libre et respecter la liberté d’autrui ne s’improvise pas ; ça s’apprend. Au mieux dès l’enfance, avec une éducation ferme et bienveillante, un comportement pédagogue stimulant autonomie, confiance en soi et en les autres, mais aussi curiosité intellectuelle, empathie et ouverture d’esprit, respect de soi-même et des autres. Ainsi grandissent des êtres humains libres et responsables, citoyens du monde plus enclins à coopérer, entretenir de saines relations humaines.

Un vœu pieux saupoudré de poudre de fée ? « Rêvons ! » Oui, rêvons ! Et faisons de notre mieux pour que ce soit possible. La voie est ouverte…

Quelques pistes pour une « éducation à la vie » basée sur la confiance, exempte du rapport dominant / dominé, créatrice de liberté et de responsabilité…

Étant entendu que Mme et Mr Parfait ne sont pas des êtres humains, il ne s’agit pas d’appliquer des préceptes à la lettre, mais bien de connaître et respecter l’enfant dans sa singularité et sa pleine capacité, l’accompagner, lui permettre de réaliser son potentiel.

Ainsi lit-on La cause des enfants de Françoise Dolto, et l’on comprend qu’ « en respectant l’enfant, on respecte l’être humain ». « Tout se joue avant 6 ans » de Fitzugh Dodson confirme l’importance de la petite enfance ; plus le paradis des amours enfantines sera vert, plus les adultes seront forts.

Puis les exemples concrets de la pédagogie Maria Montessori, largement diffusés sur le web, nous prouvent à quel point il est formateur d’apprendre en faisant, apprendre par soi-même (ce qui ne signifie pas « en solo ») dès le plus jeune âge…

En littérature jeunesse, le roman « Totto-Chan, la petite fille à la fenêtre » (Tetsuko Kuroyanagi), accessible aux adultes, met en scène un enseignement stimulant l’auto-régulation, via (notamment) le respect de chaque personnalité, l’inclusion d’espaces de liberté et la reconnaissance du droit à l’erreur. Exemple : les élèves ont le droit d’écrire sur les murs, à condition de nettoyer eux-mêmes. A noter pour les écoles et les maisons « kids-friendly »: cette expérience est reproductible à loisir sur tous murs élus, grâce à la peinture ardoise !

Ces principes éducatifs sont joliment mis en scène dans ce documentaire de Judith Grumbach « Ensemble, redessinons l’éducation »

 

De telles relations entre éducateurs et enfants renforcent les liens entre les parties prenantes (famille, enfants, enseignants, …) tout en encourageant l’épanouissement personnel de chacun(e).

L’exigeante équation « autorité = légitimité + crédibilité » prend corps progressivement et durablement.

Pour conclure ce premier billet, je vous invite à ne pas hésiter à vous faire du bien (parents, enfants) dès la grossesse avec l’haptonomie, la science de l’affectivité (Frans Veldman) connue, appliquée et promue par des sages-femmes attentionnées bien intentionnées. Plus d’informations ici http://www.haptonomie.org/fr/