« Je suis leader »… Une histoire transformationnelle


Être leader, devenir manager-leader, ne plus gérer à l’ancienne, prendre le lead, développer et asseoir notre leadership… On suit Peter Drucker sur le management effectif, on pirate le management avec Gary Hamel, on réinvente les organisations avec Frederic Laloux, on libère les potentiels humains avec Isaac Getz, Laurence Vanhee, on s’inspire des pratiques artistiques, militaires, sportives (arts martiaux, basket, danse, rugby,…) Et cætera, etc.

S’agit-il simplement de dépoussiérer les organisations pyramidales en simplifiant quelques processus organisationnels (sans revoir les circuits décisionnels), redorer le blason des autorités classiques en organisant des consultations publiques, maquiller d’anciennes figures managériales en les formant à la communication assertive ?

Non. Le besoin d’amélioration est profond. Trois constats :

1 – De nouvelles formes de pouvoir, décorrélées de toute considération statutaire, émergent en tous domaines, tous lieux ;

2 – L’autorité, si elle ne combine pas légitimité et crédibilité, est plus facilement remise en cause.

3 – Dans un monde VUCA (Volatility, Uncertainty, Complexity, Ambiguity), on mise sur l’intelligence collective ; il s’agit de la développer, la stimuler, l’orchestrer.

A LIRE pour mieux comprendre la problématique contemporaine, ce cahier de prospective (analyse en profondeur) sur le leadership et les  nouvelles expressions de pouvoir à l’ère numérique, issus d’ateliers de travail entre experts, chercheurs, entrepreneurs, salariés de grandes entreprises. Sous la direction de Carine Dartiguepeyrou.

Continue reading

La poésie, sel de la vie

« Quand les poètes deviennent soldats, c’est pour mieux montrer la beauté du monde » Luis Sepúlveda, in Les roses d’Atacama.

Les roses d'Atacama, Luis Sepulveda, éditions Métailié

Les roses d’Atacama, Luis Sepulveda, éditions Métailié

Dans ce recueil de nouvelles, Luis Sepúlveda nous conte des « histoires marginales », récits de vies empreintes de poésie, sensibilité et humanité… Zoom sur les richesses humaines et culturelles qui font le sel de la vie ! Ces portraits de femmes et hommes bien inspirés donnent toute sa force à l’esthétique nietzschéenne

Faire de sa vie une œuvre d’art

 

Sans déflorer l’œuvre, voici les premiers mots de la nouvelle « Les roses d’Atacama » :

Fredy Taberna avait un carnet à couverture cartonnée dans lequel il notait consciencieusement les merveilles du monde, et celles-ci étaient plus de sept : elles étaient infinies et se multipliaient.

… Fredy Taberna a vécu en homme libre, fidèle à ses convictions, sa vision de « la belle vie », et bien décidé à la préserver.

« Amis de la poésie… »

« La poésie doit se diffuser comme un virus« , William Burroughs. Promotion d’une vision esthétique de « la vie, les gens »… Rappelons-nous Jean-Pierre Rosnay, enchanteur de la télé française du 20ème siècle avec son magnifique « Amis de la poésie, bonsoir ! » Son fer de lance ?  « Rendre la poésie contagieuse et inévitable » !

En mai 2015, Jean-Pierre Siméon nous a livré un essai sur le thème « La poésie sauvera le monde«  avec ces mots  :  « Depuis des temps immémoriaux, dans toutes les civilisations, dans toutes les cultures, orales et écrites, il y eut des poètes au sein de la cité. Ils ont toujours fait entendre le diapason de la conscience humaine rendue à sa liberté insolvable, à son audace, à son exigence la plus haute. Quand on n’entend plus ce diapason, c’est bien la cacophonie qui règne, intellectuelle, spirituelle et morale : le symptôme d’un abandon, d’une lâcheté et bientôt d’une défaite. »

L’exposition Ugo Rondinone I❤️GIORNO au Palais de Tokyo du 21 octobre 2015 au janvier 2016 est justement l’occasion de (re)découvrir mille trésors et de « faire revivre l’oeuvre culte de John Giorno Dial-A-Poem (1968), qui permet l’écoute de poèmes, oeuvres sonores, chansons et discours historiques par téléphone en appelant gratuitement le numéro vert 0 800 106 106* du 19 octobre 2015 au 10 janvier 2016« 

#Paris #palaisdetokyo #Expo I❤️Giorno #GPS Giorno Poetry Systems

A post shared by Chrystele (@chrystele_verfaille) on

 

En cette période de profondes mutations sociales, technologiques où nous prenons pleinement conscience de l’impact des êtres humains sur la nature, la poésie est toujours le sel de nos vies. Hors considération littéraire, peut-être est-il temps de se (r)éveiller encore, admettre que nous sommes tous acteurs de nos vies, auteurs du monde de demain… Libres de prendre notre plume, notre courage à deux mains pour habiter poétiquement le monde, en choisissant bien nos muses. Qu’en pensez-vous ?

Gageons que la poésie conserve sa place de muse des transformations post 3ème Révolution Industrielle… Les créations de la 4ème « rêve + évolution » n’en seront que plus belles et profitables à tous… Quelques exemples d’actions bien inspirées à lire ici, in « Pour une métamorphose numérique humaniste »

Récemment, les chercheurs Ghazvininejad et Knight nous ont fait rêver en invitant la poésie à la table de la cybersécurité ; ils ont ainsi inventé LA méthode de définition de mot de passe infaillible et facile à retenir. Extrait de l’article tweeté ci-dessous : « Les deux chercheurs expliquent que la poésie est utilisée depuis des millénaires par l’Homme comme moyen mnémotechnique (…) ils ont créé leur poème en assignant un code spécifique aux 327 868 mots du dictionnaire« . Poésie de l’informatique…

 

Avant de vous laisser penser, je ne peux m’empêcher de réunir Rimbaud et Verlaine  « L’amour est à réinventer… Et tout le reste est littérature« … Baudelaire, en écho… »Enivrez-vous de vin, de poésie, de vertu… A votre guise »

 

 

Le refrain de L’Arbre de Paix, à garder en tête en tous contextes

L’Arbre de Paix ou l’histoire de Youba, un homme parmi d’autres hommes, qui n’a jamais eu la guerre en son cœur… Au grand dam de ses contemporains !

L'arbre de paix, Anne Jonas Régis Lejonc, éditions Père Castor * Flammarion

L’arbre de paix, Anne Jonas Régis Lejonc, éditions Père Castor * Flammarion

Voici son refrain :

Le temps de la vie est si court…

Pourquoi le trancher encore ?

La paix épargne demain.

Elle sauve la douceur des mangues

Et promet la confiance d’une lune pleine

 

Un petit refrain de paix et beauté à murmurer, fredonner… Ou à déclamer, chanter à tue-tête !

Initiation au pluralisme culturel à l’heure d’Internet, kaléidoscope informationnel et culturel


Postulat de départ en forme d’espoir : les êtres humains n’ont pas vocation à devenir des clones épanouis dans des sociétés aseptisées. Lire ici la déclaration universelle sur la diversité culturelle, UNESCO, 2001

« Il n’y a plus d’étrangers en ce siècle, il n’y a plus que des compagnons de voyage (…) Que nos contemporains habitent de l’autre côté de la rue ou à l’autre bout de la terre, ils ne sont qu’à deux pas de chez nous (…) Nous ne pouvons plus nous permettre de connaître « les autres » de manière approximative, grossière. » Amin Maalouf

Aujourd’hui, nous nous appelons facilement « citoyens du monde« . Nous voyageons souvent, et sommes plus de 3 milliards à accéder à Internet, véritable kaléidoscope informationnel et culturel. Les médias sociaux y jouent le rôle d’amplificateurs des faits, opinions et ressentis partagés par les internautes.

L’éducation au pluralisme culturel devient encore plus essentielle.

En France, la diversité culturelle est une évidence qui se vit au quotidien. Dans les écoles de la République se rencontrent Edouard, blondinet à lunettes ; Julia, surdouée à tendance hyperactive ; Victoire, qui a deux mamans ; Salomon, qui partage sa vie entre « chez papa » et « chez maman » une semaine sur deux ; Kim, née en Chine… Il y a aussi Paolina qui aime le foot, Noé qui préfère les billes, Anatole qui voit toujours rouge, Lucia qui pleure dès qu’on la regarde dans les yeux, Abdoulaye tout timide, et Nouri qui « n’écoute jamais rien et parle toujours très fort »…

Si on leur conte l’évidence « vous êtes différents, vous n’avez pas la même vie », on stigmatise chacun(e) dans sa singularité. Pour leur apprendre la tolérance, on leur explique « nous sommes tous différents, nous coexistons sur la même planète » ; et on imagine ensemble les modalités. Par exemple, leur enseigner une pratique saine de gestion des incompréhensions et désaccords, Le Petit Prince en appui : oser investiguer, chercher à comprendre, interroger les principaux intéressés (« pourquoi ? »). Finalement, n’est-ce pas la moindre des politesses ? Dans une optique de solidarité, fraternité universelle, on initie le dialogue sur un résolu « nous sommes différents, je t’accepte tel(le) que tu es »… Intuitu personae.

Dans tous les cas, rencontrer « l’autre » implique d’aller au-delà de nos sensations immédiates, perceptions individuelles, prismes déformants. Reporter notre jugement.

Ce n’est pas facile… Cette auto-éducation se poursuit tout au long de notre vie.

Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre. Marie Curie

Ci-après, quelques ressources culturelles pour développer notre intelligence altruiste : connaissance de la Terre et ses habitants, curiosité, bienveillance, ouverture d’esprit… 

Tout d’abord, écouter des musiques de tous horizons. Les collections « Enfance » des éditions musicales proposent de très belles collections « musiques du monde » pour ouvrir nos oreilles à toutes les sonorités de la planète et entrer dans toutes cultures avec une clé mélodique.

Basiquement, ouvrir un Atlas mondial, faire tourner une mappemonde… Mais aussi naviguer sur Google Earth, ou emprunter les yeux de la NASA (liste des applications ici) et regarder l’espace, la Terre vue du ciel, les océans, et même Mars !

Quelques trésors de Littérature Jeunesse…

Avec Sept milliards de visages, on fait le tour du monde de nos différences : de la couleur de nos cheveux à nos métiers, en passant par nos styles vestimentaires et nos croyances. Une petite encyclopédie … Et cette magnifique conclusion « Alors, n’est-ce pas merveilleux un monde où personne ne ressemble à personne ?« 

Sept milliards de visages, de Peter Spier. Éditions l'école des Loisirs

Sept milliards de visages, de Peter Spier. Éditions l’école des Loisirs

 

L’animhommerie de Monsieur Larsen, « catalogue vivant de personnages fantastiques qui existent vraiment », « spectacle unique au monde » où nous sommes invités à entrer sans frapper, tous bienvenus. On y rencontre le Zèbrhomme, « à la fois noir et blanc, le racisme est pour lui quelque chose d’inconcevable, d’offensant et d’épouvantable ». Il y a aussi la Girafemme, qui, peut-être, décrypte les étoiles ; le Colivret de poèmes, qui « vole avec ses poèmes dans le ciel, et qui les lit s’envole avec eux » ; le Camelacteur, … Et bien d’autres encore.

On retrouve un peu de nous et de nos rencontres dans chacune de ces créatures ; c’est un formidable voyage au pays des (extra-)terriens. 

L'animhommerie de Monsieur Larsen, Aitana Carrasco & Daniel Monedero

L’animhommerie de Monsieur Larsen, Aitana Carrasco & Daniel Monedero

 

L’école de Léon, rentrée à l’école maternelle… Découverte d’un nouvel environnement, des règles de vie… Et des camarades de classe, à apprivoiser. On retrouvera sans doute un peu de nos copines/copains d’école en nos collègues de travail… Au-delà des apprentissages académiques, l’école est surtout l’école de la vie.

 

L'école de Léon, de Serge Bloch. Éditions Albin Michel Jeunesse

L’école de Léon, de Serge Bloch. Éditions Albin Michel Jeunesse

 

Avec Matin brun, on comprend la discrimination et ses conséquences. C’est une nouvelle de 11 pages sur la « vie ordinaire de gens ordinaires dans un État totalitaire », sur le caractère implacable et graduel de l’intolérance. Ce récit nous incite à nous sentir concernés par toute pratique discriminatoire. Même si nous ne sommes pas visés de prime abord.

Ce livre est plutôt rédigé à l’attention de collégiens, mais c’est une excellente base pour affûter l’esprit critique des plus jeunes. Par exemple, on peut s’amuser à inventer ensemble un système de pratiques discriminatoires, comportant des règles aussi iniques que loufoques, assorties de sanctions ; et imaginer les réactions de M. Couard et Mme Bienpensance. Exemple :  amende de 100 euros pour tout port de vêtements rouges (« le rouge est la couleur du scandale, ils ont bien raison de promulguer une telle interdiction »), puis bannissement des chiens d’origine française (« tant mieux, je ne supportais plus le chien de la voisine, il aboie tout le temps »), puis emprisonnement des hommes de moins de 35 ans s’appelant Martin (« mince, mon ami Martin… Que va-t-il devenir ? »), et enfin, interdiction totale du vert sous toutes ses formes orales, écrites, dessinées… avec des sanctions te-rri-bles (« aïe, mes tableaux, ma robe, mon salon,…. Mes yeux !,… »).

Matin brun, Franck Pavloff

Matin brun, Franck Pavloff

Il y a aussi cette planche de bande-dessinée, qui explique avec humour et fermeté l’importance de respecter les paroles contraires, privilégier le dialogue à la violence. La liberté d’expression n’est pas négociable.

Enfin, cette chanson, ode à la diversité culturelle de la France, qu’un professeur a eu l’intelligence d’enseigner à ses élèves d’école élémentaire suite aux attentats qui ont frappé Paris début janvier 2015.

Poésie enseignée par une institutrice… Ecole élémentaire 2015 en France. #JeSuisCharlie #JeTeFeraiLHumour

A post shared by Chrystele (@chrystele_verfaille) on

 

A l’écoute de vos idées…

 

 

Pour une métamorphose numérique humaniste… Panorama d’inspirations progressistes, d’innovations positives


En 2001 (mémoire de fin d’études), je posais la question du progrès humain associé à l’intégration des technologies de l’information et de la communication dans les entreprises. Aujourd’hui on parle surtout d’innovations : innovation sociale, innovation technologique, innovation sociétale.

Le remplacement du mot « progrès » par « innovation » n’est ni neutre ni optimiste. Selon cet article Innovation & Strategy, il signifierait que « nous aurions renoncé à toute amélioration de la condition humaine vers le meilleur. » Une attitude très postmoderne…

Il est vrai que les clivages géo-écono-politico-socio-climato-culturels semblent s’amplifier ; protéiformes, ils sont visibles en tous domaines. On a vu couler les larmes de nombreux humanistes, consternés par l’échec des politiques, notamment le défaut d’application de chartes et traités internationaux édictés avec conviction et foi en un monde meilleur. Désenchantement.

Mais des voix s’élèvent…

Les plaidoyers récents de Stephan Hessel, Amin Maalouf, Edgar Morin sont magnifiques : en mettant l’actualité en perspective de l’Histoire, ils nous montrent, humbles, la voie du retour aux valeurs universelles, dénominateurs communs d’une humanité en redéfinition.

Malala Yousafzai, Prix Nobel de la Paix 2014, nous émeut et nous engage dans la lutte pour l’éducation des enfants, la scolarisation des filles en particulier.

Photo : Antonio Olmos

Photo : Antonio Olmos

Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’Economie 2011, nous interpelle sur les inégalités croissantes dans nos sociétés occidentales, signes d’un modèle défaillant, et nous donne ce conseil : « Raise your voice ».

Michel Serres, enchanteur auteur des Cinq Sens nous recentre en 2012 sur nos pouces et nos connexions neuronales en nous présentant la Petite Poucette, « héroïne de la jeunesse à venir, incarnation de l’émancipation du savoir et de la politique via les nouvelles technologies ». En 2014, il nous offre Yeux, ode à la diversité des regards posés sur le monde, une invitation à percevoir les mille facettes d’une situation, étant entendu qu’on voit mieux avec notre cœur. En 2015, il nous conte l’histoire du Gaucher boiteux, toujours entre art et science.

Avec « Jugaad Innovation » et « From Smart to Wise« , Navi Radjou nous fait aimer l’innovation frugale : « faire mieux avec moins ».

Dans un autre domaine, mais on reconnaît une philosophie commune, Pierre Rabhi nous alerte sur les blessures de la Terre, mère nourricière, et prône des méthodes d’agriculture plus respectueuses de l’être humain et son environnement.

Joël de Rosnay, quant à lui, veut nous faire surfer la vie dans la société fluide. Il nous invite à « moins craindre l’intelligence artificielle que la stupidité naturelle » et nous emmène, en chœur avec Hervé Fischer, vers l’hyperhumanisme, « conscience augmentée, conscience collective, bien réelle, éthique, planétaire et active ». Gilles Babinet, auteur de « Big Data : penser l’homme et le monde autrement« , nous rappelle que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Il s’adresse aux citoyens numériques que nous sommes et nous explique, par exemple, que « les décisions administratives relatives à la gestion de nos données numériques ont un fort impact sur le design de nos vies. »

On retrouve un peu de tout ceci dans l’énergie phénoménale des mouvements citoyens « people & planet friendly » qui se développent partout dans le monde, et attestent de l’existence d’une « nouvelle conscience pour un monde en crise, civilisation de l’empathie » (Jérémy Rifkin).

« Es la hora de la gente », Podemos, en Espagne

Les idées humanistes et progressistes sont de plus en plus entendues, partagées, transposées dans différents contextes par des acteurs(-trices) citoyen(ne)s qui ressentent le besoin vital de faire bouger les lignes, innover de manière équitable, solidaire et responsable. Carine Dartiguepeyrou y voit une nouvelle philosophie, La nouvelle avantgarde, « une culture, communauté de valeurs et de quête, fruit d’une intuition collective qui rassemble des personnes de tous horizons autour d’un respect profond pour le vivant, de la conscience que nous ne connaissons qu’une part infime de l’univers. C’est, plus que tout, une vision poétique du monde et un espoir dans la capacité humaine à évoluer. »

L’innovation sociétale progresse de jour en jour, et profite de ce formidable outil qu’est Internet. Comme le titre cet article à la radicalité médusante « There is something extraordinary happening in the world« 

Dans le monde entrepreneurial, les mérites de la valorisation du capital humain sont de plus en plus perçus et vantés. L’humain est bien au cœur des Nouveaux Horizons RH, « l’humain et sa volonté de s’épanouir, de réaliser ses rêves dans un monde toujours plus global, complexe et incertain« , Alexandre Pachulski.

On comprend enfin l’intérêt de mieux gérer l’intelligence collective, si chère à Olivier Zara. Il conçoit d’ailleurs différents outils et méthodes permettant d’orchestrer les connaissances, mieux identifier et développer les talents, et asseoir une nouvelle légitimité managériale ; il invite aussi à faire confiance à l’intelligence situationnelle de chaque acteur.

Les mouvements de libération des entreprises (Brian M. Carney, Isaac Getz, Alexandre Gérard, Jean-Francois Zobrist, pour ne citer qu’eux) et du bonheur au travail (Laurence Vanhee et consorts) se développent. En marge des cyniques, égoïstes, geignards et autres pessimistes, ils dénotent un réel optimisme anthropologique : croire en l’être humain, lui faire confiance et alléger les circuits décisionnels et organisationnels des entreprises pour libérer les énergies, les savoirs, accroître le bien-être des femmes et des hommes (richesses des organisations), et ainsi garantir une performance durable. 

En France, l’entrepreneuriat social est en plein essor : écologiquement sain, il s’inscrit dans une logique profitable tant économiquement que socialement. « Les associations n’ont plus le monopole du cœur« , comme le dit si bien Emmanuel de Lutzel. L’entreprise Ticket For Change, qui forme les entrepreneurs (et intrapreneurs) sociaux puis accompagnent leurs projets dans tous secteurs, numérique intégré, est particulièrement impressionnante d’énergie et de pragmatisme : des jeunes pleins de notre avenir commun ! À consulter régulièrement, le blog de Nicolas Cordier regorge d’excellentes initiatives en la matière ; et on peut y apprécier cette citation d’Albert Camus :

Oui, il y a la beauté et les humiliés. Quelles que soient les difficultés de l’entreprise, je voudrais jamais n’être infidèle ni à l’une ni aux autres. Albert Camus

 

Histoire à continuer….

Forts de ces idées et voies d’actions, nous allons tous avancer dans nos réflexions personnelles, suivre notre voie, tracer notre chemin… Gardons les yeux ouverts sur les inventions positives, telles la prothèse intelligente Bionico-Hand ou le booster d’empathie The Machine To Be Another, présentées lors du séminaire « L’homme augmenté, l’humanité en quête de sens » à l’institut Mines-Telecom. Et espérons que les prochains événements organisés à l’UNESCO, notamment le Parlement des Entepreneurs d’avenir et COP21 nous donnent encore de belles pistes d’avenir. Gageons aussi que l’édition 2016 du Forum NetExplo, observatoire numérique de l’UNESCO, nous fasse découvrir d’autres innovations technologiques sources de progrès humain…

Peut-être en connaissez-vous déjà ? Je serai heureuse de découvrir de nouvelles idées, personnalités formidables, beaux projets, et autres inventions lumineuses en lisant vos commentaires.