#Education Leçons des pionniers de l’#EducationNouvelle 1918-1939

Merci à la Ligue de l’Enseignement pour la présentation de l’excellent documentaire « Révolution école (1918-1939)« , de Joanna Grudzinska assistée de Léa Todorov.

« C’est l’histoire d’une révolution de velours, celle de l’éducation. Au lendemain de la Première guerre mondiale, en Europe, des pédagogues désignent le coupable de la catastrophe : l’école, qui a fabriqué de « braves soldats ». Il faut construire la Paix. Comment éduquer la nouvelle génération sans surveiller et punir ? Comment éduquer à l’émancipation ? »

Ligue internationale pour l'éducation nouvelle

« Quand la guerre s’achève, l’éducation leur apparaît comme la seule possibilité révolutionnaire. »

Source : http://clioweb.canalblog.com/archives/2016/09/09/34299265.html

L’idée de ces radicaux éclairés est d' »inventer une éducation nouvelle pour un enfant nouveau qui ne fera plus jamais la guerre« . Sous l’impulsion d’Elisabeth Rotten & Beatrice Ensor, la « Ligue internationale pour l’éducation nouvelle » (LIEN), laboratoire d’expérimentation pédagogique, est fondée. À lire, la première « Revue pour l’ère nouvelle », revue internationale d’éducation nouvelle. Au sommaire : psychologie de l’enfant, biogénétique, joie dans l’éducation, école active, self government,… Des thèmes encore actuels. Ici, l’histoire mouvementée de la Ligue, nourrie de riches débats tels celui sur l’éducation naturelle. Notable fut l’intervention de Carl Gustav Jung lors du congrès pour l’Education Nouvelle de 1923, sur le thème « comment libérer l’énergie créatrice de l’enfant ?« . Dossier en anglais : New Education Fellowship

A NEW EDUCATION FOR A NEW ERA

Je me permets quelques lignes sur ces révolutionnaires, scientifiques, médecins… étudiants chercheurs et professeurs…

Adolphe Ferriere lance le mouvement international de rénovation pédagogique… École active ! Plus d’infos ici sur son œuvre, qui n’est « pas d’abord pédagogique mais plutôt une anthropologie doublée d’une philosophie sociale« . Inclus, le récit de son expérience de havre pédagogique, Le Home « Chez nous ».

Célestin Freinet veut permettre l’acquisition du savoir pour tous. En fait, de retour de la 1ère guerre mondiale avec le souffle coupé, il lui est impossible de faire cours sur estrade. Pragmatique, il décide de se promener avec sa classe, et en récolte les bienfaits. Plus tard, invité par la femme de Lénine, Freinet se rend en Union Soviétique & découvre les règles d’éducation définies pour l’idéal socialisme prolétarien : quelques heures de travail en usine et apprentissage en « self government ». « Ainsi il se formera une véritable élite ; or c’est d’une élite dont nous avons le plus besoin« . En comparaison avec le système français, il remarque : « nos étudiants vont à l’école non pas pour apprendre à vivre mais pour apprendre à étudier dans des livres, et obéir« .

La suite ? Après les guerres civiles, la Russie ouvre des colonies pour enfants des rues. Sous la houlette d’Anton Marenko, les méthodes éducatives deviennent autoritaires. Objectif : produire en masse la main d’œuvre nécessaire à la construction de l’URSS.

Quant à Freinet, il consomme sa rupture avec l’Education Nationale et ouvre une nouvelle école à St Paul de Vence, en 1937. L’un de ses crédos est le suivant : « Quand la peur est inexistante, le mensonge diminue et disparaît« . Quelques années plus tard, interné dans les camps de Vichy, il rédige ses textes pédagogiques fondamentaux… Ses idées font encore école (idées d’applications ici)

En Allemagne, Paul Geheeb prône la co-éducation des garçons et des filles, pré-requis à la fin de la suprématie masculine. La nudité est érigée en liberté « Être nu, c’est être libre »… Jardin d’Eden. Au fronton de son école Odenwald : « Deviens ce que tu es« … L’ordre, s’il doit exister, vient de l’enfant lui-même ; il abandonne la relation fondée sur le pouvoir ; c’est la fin de l’estrade, de la peur.

Malheureusement, l’enfance est le terrain d’expérience du nazisme ; son école est remaniée de force. Le 1er apprentissage dispensé devient le lancer de grenades, et des films violents où l’on voit les forts écraser les faibles, y sont projetés. Geheeb, désespéré, constate que ses élèves font volontiers partie des jeunesses hitleriennes… Avec l’aide de son ami A.Ferriere, il s’exile en Suisse où il fonde l‘Ecole d’Humanité. Regain.

Pour Janusz Korczak, la conséquence du nazisme fut la mort. Mais la puissance de son message subsiste. Premier défenseur des droits des enfants, fondateur de la « République des enfants« , Janusz Korczak dirigeait en Pologne deux écoles (juive / catholique) fonctionnant en autogestion, sur la base d’une charte commune écrite par ses soins. En 1942, il est conduit du ghetto de Varsovie (où il faisait classe « comme d’habitude ») au camp d’extermination de Treblinka. Il a refusé de fuir sans ses élèves. Plus d’informations sur son immense héritage ici

Si le salut vient, il viendra des enfants car ils sont les créateurs de l'humanité

Maria Montessori

En Italie, Maria Montessori initie ses jardins d’enfants, subventionnés par Mussolini jusqu’en 1934 (date de son refus de faire porter le costume fasciste à ses élèves) . Lors du congrès Education Nouvelle de Locarno (1927), elle plaide pour la nécessité des limites, le besoin des enfants d’obéir à des règles. Selon ses règles, chacun.e apprend à son rythme, en faisant. « Nous ne pouvons pas savoir les conséquences de l’étouffement d’un acte spontané… Il faut arrêter de confondre le bien avec l’immobilité et le mal avec l’activité« .

Alexander S Niell affirme quant à lui : « Je ne vois aucune vertu dans l’ordre ». Selon lui, les enfants les plus névrosés sont ceux qui ont grandi avec une éducation religieuse. Il décide donc de libérer les enfants de toute castration moralisatrice ; ils sont libres d’apprendre ou non. A la fin des années 30, il déplore les impossibles progrès tant que l’éducation est une branche de profit de la société.

Extrait du documentaire sur Vimeo:

 

ET AUJOURD’HUI EN FRANCE ?

Équité et excellence sont des notions encore peu vivaces, l’échec scolaire est souvent vu comme une fatalité… Bien coordonner mixités scolaire et sociale reste un objectif à atteindre. Cf. résultats enquête PISA (suivi des acquis). Réorienter l’éducation de nos enfants est une priorité, et nous ne manquons pas d’inspirations… Il est grand temps d’expirer à grande échelle ! L’Education Nationale ne fonctionne pas en huis clos… Une réforme française globale et profonde est en gestation ; tous les efforts de mobilisation citoyenne progressent en ce sens.

A new education for a new era

Charte Education Nouvelle, 1921

« Rendre l’enfant heureux, c’est faire de lui, plus tard, un homme meilleur »

Your insights are great