Être acteur, ressentir la vie… par Lee Strasberg

Marilyn Monroe & Lee Strasberg

Marilyn Monroe & Lee Strasberg

Car telle est notre gloire, chers acteurs, chers amis ;
Nous hisser à la hauteur de vivantes prophéties.
Nous pouvons hésiter, parfois nous oublions,
Mais c’est toujours au Ciel que nous aspirons
Pour capter les mystères contemporains, les croyances et tout le reste, le sublime commun.
L’imagination sera pour nous divine.

Entendez-vous cela, Henry, Paul, Marylin ?
Ne révélez rien de la scène à l’avance.
Rentrez chez vous tout seuls, comme après une danse,
Pour que sonne la nouveauté ainsi qu’une clochette
Dans un lieu tout intime, en vous votre cachette
Tel est le système, la méthode, le procédé.

Travaillez dur et tout le reste
Mais à votre rêve, puisez

Dans le Lower East Side, battant la semelle,
Je passais jadis mes jours dans l’univers d’O’Neill, les bars, les docks, le ciel des immigrés ; j’en vins à m’enrôler gardien de la pensée.
J’ai encore dans le nez la colle des perruquiers, les souvenirs et tout le reste, sources de vérité.

N’applaudissez pas, préservez le silence,

Jouer c’est être nu devant une audience, car l’art de ressentir, c’est l’art de la vie.

Ne pas représenter Garbo, ni une femme ou un mari,
Mais une conscience totale, c’est l’unique dessein.
Les sentiments et tout le reste,
Encore une fois, l’humain.

Lee Strasberg

Lee Strasberg

Lee Strasberg

Your insights are great