Être acteur, ressentir la vie… par Lee Strasberg

Marilyn Monroe & Lee Strasberg

Marilyn Monroe & Lee Strasberg

Car telle est notre gloire, chers acteurs, chers amis ;
Nous hisser à la hauteur de vivantes prophéties.
Nous pouvons hésiter, parfois nous oublions,
Mais c’est toujours au Ciel que nous aspirons
Pour capter les mystères contemporains, les croyances et tout le reste, le sublime commun.
L’imagination sera pour nous divine.

Entendez-vous cela, Henry, Paul, Marylin ?
Ne révélez rien de la scène à l’avance.
Rentrez chez vous tout seuls, comme après une danse,
Pour que sonne la nouveauté ainsi qu’une clochette
Dans un lieu tout intime, en vous votre cachette
Tel est le système, la méthode, le procédé.

Travaillez dur et tout le reste
Mais à votre rêve, puisez

Dans le Lower East Side, battant la semelle,
Je passais jadis mes jours dans l’univers d’O’Neill, les bars, les docks, le ciel des immigrés ; j’en vins à m’enrôler gardien de la pensée.
J’ai encore dans le nez la colle des perruquiers, les souvenirs et tout le reste, sources de vérité.

N’applaudissez pas, préservez le silence,

Jouer c’est être nu devant une audience, car l’art de ressentir, c’est l’art de la vie.

Ne pas représenter Garbo, ni une femme ou un mari,
Mais une conscience totale, c’est l’unique dessein.
Les sentiments et tout le reste,
Encore une fois, l’humain.

Lee Strasberg

Lee Strasberg

Lee Strasberg

Réflexions de Paul Ricoeur sur l’éthique et la liberté

« On entre véritablement en éthique, quand, à l’affirmation par soi de la liberté, s’ajoute la volonté que la liberté de l’autre soit. Je veux que ta liberté soit. » Paul Ricoeur, in Essai sur l’éthique

Aller plus loin en lisant « La poétique de la liberté dans la réflexion éthique de Paul Ricoeur« 

Pas d'art sans liberté, Ben

Pas d’art sans liberté, Ben

 

La poésie, sel de la vie

« Quand les poètes deviennent soldats, c’est pour mieux montrer la beauté du monde » Luis Sepúlveda, in Les roses d’Atacama.

Les roses d'Atacama, Luis Sepulveda, éditions Métailié

Les roses d’Atacama, Luis Sepulveda, éditions Métailié

Dans ce recueil de nouvelles, Luis Sepúlveda nous conte des « histoires marginales », récits de vies empreintes de poésie, sensibilité et humanité… Zoom sur les richesses humaines et culturelles qui font le sel de la vie ! Ces portraits de femmes et hommes bien inspirés donnent toute sa force à l’esthétique nietzschéenne

Faire de sa vie une œuvre d’art

 

Sans déflorer l’œuvre, voici les premiers mots de la nouvelle « Les roses d’Atacama » :

Fredy Taberna avait un carnet à couverture cartonnée dans lequel il notait consciencieusement les merveilles du monde, et celles-ci étaient plus de sept : elles étaient infinies et se multipliaient.

… Fredy Taberna a vécu en homme libre, fidèle à ses convictions, sa vision de « la belle vie », et bien décidé à la préserver.

« Amis de la poésie… »

« La poésie doit se diffuser comme un virus« , William Burroughs. Promotion d’une vision esthétique de « la vie, les gens »… Rappelons-nous Jean-Pierre Rosnay, enchanteur de la télé française du 20ème siècle avec son magnifique « Amis de la poésie, bonsoir ! » Son fer de lance ?  « Rendre la poésie contagieuse et inévitable » !

En mai 2015, Jean-Pierre Siméon nous a livré un essai sur le thème « La poésie sauvera le monde«  avec ces mots  :  « Depuis des temps immémoriaux, dans toutes les civilisations, dans toutes les cultures, orales et écrites, il y eut des poètes au sein de la cité. Ils ont toujours fait entendre le diapason de la conscience humaine rendue à sa liberté insolvable, à son audace, à son exigence la plus haute. Quand on n’entend plus ce diapason, c’est bien la cacophonie qui règne, intellectuelle, spirituelle et morale : le symptôme d’un abandon, d’une lâcheté et bientôt d’une défaite. »

L’exposition Ugo Rondinone I❤️GIORNO au Palais de Tokyo du 21 octobre 2015 au janvier 2016 est justement l’occasion de (re)découvrir mille trésors et de « faire revivre l’oeuvre culte de John Giorno Dial-A-Poem (1968), qui permet l’écoute de poèmes, oeuvres sonores, chansons et discours historiques par téléphone en appelant gratuitement le numéro vert 0 800 106 106* du 19 octobre 2015 au 10 janvier 2016« 

#Paris #palaisdetokyo #Expo I❤️Giorno #GPS Giorno Poetry Systems

A post shared by Chrystele (@chrystele_verfaille) on

 

En cette période de profondes mutations sociales, technologiques où nous prenons pleinement conscience de l’impact des êtres humains sur la nature, la poésie est toujours le sel de nos vies. Hors considération littéraire, peut-être est-il temps de se (r)éveiller encore, admettre que nous sommes tous acteurs de nos vies, auteurs du monde de demain… Libres de prendre notre plume, notre courage à deux mains pour habiter poétiquement le monde, en choisissant bien nos muses. Qu’en pensez-vous ?

Gageons que la poésie conserve sa place de muse des transformations post 3ème Révolution Industrielle… Les créations de la 4ème « rêve + évolution » n’en seront que plus belles et profitables à tous… Quelques exemples d’actions bien inspirées à lire ici, in « Pour une métamorphose numérique humaniste »

Récemment, les chercheurs Ghazvininejad et Knight nous ont fait rêver en invitant la poésie à la table de la cybersécurité ; ils ont ainsi inventé LA méthode de définition de mot de passe infaillible et facile à retenir. Extrait de l’article tweeté ci-dessous : « Les deux chercheurs expliquent que la poésie est utilisée depuis des millénaires par l’Homme comme moyen mnémotechnique (…) ils ont créé leur poème en assignant un code spécifique aux 327 868 mots du dictionnaire« . Poésie de l’informatique…

 

Avant de vous laisser penser, je ne peux m’empêcher de réunir Rimbaud et Verlaine  « L’amour est à réinventer… Et tout le reste est littérature« … Baudelaire, en écho… »Enivrez-vous de vin, de poésie, de vertu… A votre guise »