Libres extraits « Les âges de la vie », Christiane Singer

Les âges de la vie, Christiane Singer

Les âges de la vie, Christiane Singer

Zoom sur « Les âges de la vie », écrit par Christiane Singer à l’âge de 40 ans… Troublant et émouvant, profondément humain.

Ce livre musical nous invite à vivre au diapason du rythme naturel de la vie, savourer chaque âge… sans mettre un seul doigt dans une quelconque entreprise mortifère : « C’est leur macabre avancée de golems qu’il s’agit de stopper, mieux encore, peut-être, d’esquiver, dans un héroïque éclat de rire« .

CÉLÉBRER LA VIE HUMAINE, CE MIRACLE

« Commencée par la juste mesure, une tendresse démesurément exagérée, l’aventure peut allègrement se poursuivre. Après cette période mémorable où, de la femme et de l’enfant, aucun ne distingue encore au juste où commence son corps et où finit celui de l’autre, vient le temps de la reconnaissance réciproque. (..) Règne alors, frémissant, l’émoi d’un début de voyage.
(…) La vie entière sera ce jeu d’alternances : tantôt l’espace qui nous est accordé se dilate jusqu’à l’infini ; tantôt son étroitesse nous coud dans un sac.
(…) Mais de toutes les surprises de ces jeux d’espace et de clôture, le mystère de la coincidentia oppositorum est encore le plus saisissant. (…) Où toutes les routes finissent, commence l’autre voyage »

 

Extrait "les âges de la vie", de Christiane Singer

Extrait « les âges de la vie », de Christiane Singer

Extrait "les âges de la vie", Christiane Singer

Extrait « les âges de la vie », Christiane Singer

 

S’engager en faveur des femmes, filles, mères et grand-mères

Led By Her

Led By Her


S’engager au sein de Led By Her

Chercher à donner une nouvelle vie à un engagement social fortement teinté de solidarité féminine, et rejoindre la communauté Led By Her, devenir mentor. A l’esprit, un fait, têtu : les enfants et les femmes sont les premières victimes des crises, quelles qu’elles soient, partout dans le monde. Ce n’est pas acceptable.

Découvrir des personnes résolument modernes décidées à accompagner des femmes en difficulté, leur permettre de reprendre leur vie en main. Un levier d’action : l’entrepreneuriat. Les femmes ne sont-elles pas, par essence, des chefs d’entreprises ? Et leurs entreprises sont fructueuses, à impacts positifs multiples. 

UN ÊTRE HUMAIN EST UN MONDE ENTIER À LUI TOUT SEUL 

J’ai finalement l’occasion de rencontrer une femme formidable, ma « mentorée »… Dès le 1er rendez-vous, la nature de la relation est claire : nous sommes partenaires, et œuvrons à la réussite de ses projets. Ca va très bien se passer.

En lecture rapide, le bénévolat vaut bienveillance et générosité en forme de don unilatéral… Certains y verront même une charité complaisante ou une stratégie d’évitement de leurs vies personnelles. Dans les faits, cet engagement civique est une vraie belle façon d’améliorer le monde en prenant du plaisir… Le plaisir de relations humaines enrichissantes épurées de toute forme de médisance ou compétition, des rencontres propices aux voyages… Un être humain est un monde entier à lui tout seul, et il ne tient qu’à nous d’interconnecter nos mondes pour nous assurer un bel avenir.

Le Playground

Le Playground

 

Apprendre encore & encore… Et danser, respirer avec le cœur

L’acceptation du « tous humains » (égalité intrinsèque et interdépendance) est ressortie clairement d’une formation arcLeader coach Le Playground offerte ce week-end par Led By Her à ses mentors. Nous nous sommes retrouvés entre curieux vendredi en fin d’après-midi, accueillis tels que nous étions (chacun son chemin de vie, son niveau de conscience…). Et nous nous sommes quittés dimanche un peu différents, en nous remerciant, interpelés si ce n’est transformés par cette expérience de 48H de développement personnel multidimensionnel ensemble, encore plus convaincus de la nécessité de parler « de cœur à cœur » (en évitant « les sots et les railleurs », NDLR). There’s something extraordinary happening in the world

Bientôt, la fête de Noël @LedByHer, le mardi 13 décembre. Inscriptions encore ouvertes.

L’esprit de Noël, c’est tous les jours en ce moment.

Les Femmes de la Bible

« Lorsqu’on évoque la Bible, on cite le plus souvent des noms d’hommes : Abraham, Moïse, David, Isaïe… Pourtant, les femmes ne sont pas moins présentes et précieuses. A côté des patriarches, des rois, des législateurs, elles rappellent, avec force ou discrétion, l’importance du cœur, du corps, du chant et de l’esprit nomade. (…) Toutes ces femmes qui passent dans la Bible, Bethsabee, Agar, Déborah, Tamar, Rachel, Judith n’appartiennent pas à une religion particulière : elles ont, plus largement, façonné la culture et la sensibilité de l’Occident. »

Les Femmes de la Bible, Jacqueline Kelen

Les Femmes de la Bible, Jacqueline Kelen

 

Jacqueline Kelen nous offre des portraits tendres et délicieux, « pleins de vie » ; une douce érudition exhale de ce livre. Sagesse et ruse avancent d’un même pas, parlent d’une même voix.

On se laisse emmener, on suit l’histoire de ces femmes en retrouvant un peu de nous, nos amies, nos cousines, nos mères et nos sœurs au fil des pages. Les pauses réflexives, arrêts sur images, sont fréquents… Et c’est l’occasion de relire certains passages des Livres. Que l’on soit croyant.e.s ou non.

Il ne m’appartient pas de déflorer « les Femmes de la Bible »… A vous de vous faire une idée ; et peut-être acquérir ce livre, le penser… vous panser.

Ces femmes, d’un autre âge qui n’a plus d’âge, font germer les mille milliards de manières d’être femme… On rencontre des jeunes filles rêveuses, on s’enrichit d’un nouveau regard sur Ève : ne serait-elle pas plus curieuse qu’insolente ? Moins séductrice-tentatrice qu’animée par le sens du partage ? Fragile audace. On s’émeut des femmes douces et belles telle Suzanne « fleur de lys blanche« , femme aimante de Joachim (père de Marie), souillée par des vieillards avant d’être sauvée par l’innocence. La sienne ; et celle de Daniel, alors enfant. Nos cœurs battent au rythme des mères protectrices et libératrices… Rebecca, à l’autorité servicielle ; ou encore Anne, souveraine dans son choix de confier au temple son premier enfant tant attendu, tant espéré.

On s’envole avec les prophétesses, à l’écoute et au service de la société ; elles chuchotent et dansent, chantent, se muent en ambassadrices le cas échéant. Remarquable est la prouesse de Judith (roman non canonique) qui jeûne, prie et s’embellit avant de séduire et vaincre le chef du camp ennemi pour mieux libérer son village assiégé, affamé. Quand les hommes n’ont plus de force, les femmes veillent et agissent. Pour le meilleur… Yalla !!! On se rappelle l’histoire d’Esther aux airs d’Ishtar ; elle intrigue et inspire encore des générations de femmes…

Loin des clichés des ignorantes et soumises, « les Femmes de la Bible » se montrent fortes, courageuses et déterminées… Sororité agissante des filles de Loth, guidées par leur instinct de survie. Solidarité ambivalente de Rachel et Léa… Et la magnifique foi d’espérance de la femme de Noé ! Au cœur du déluge, elle participe vaillamment à la bonne marche commune, prend soin des animaux avec bienveillance et fermeté, leur « conte quelque histoire, la nuit, pour calmer leur tourment« … Elle salue le retour du corbeau, annonciateur de fin du déluge avec remerciement plus que soulagement ; arc-en-ciel dont elle n’a jamais douté.
Un peu plus loin, on apprécie les jeux enfantins d’Isaac et Ismaël, leur fraternité innocente de préoccupations « adultes » qui turlupinent encore beaucoup de nos contemporains. On admire la dignité d’Agar, humble dans l’acceptation de son destin (« Amor Fati« ) et celui de son fils Ismaël, élevé dans le désert. Nous « connaissons » la suite.

Détail important : on tombe souvent en amour près de puits ; comme Rachel et Jacob, Eliezer et Rebecca, Moïse et Çippora. Les puits ; réserves d’eau, symboles de vie, pureté, savoirs… Amour au 1er regard et promesse d’un bel avenir.

Enfin, que dire de la fiancée du Cantique des Cantiques ? « Son désir amoureux est un divin désir, dans son ivresse heureuse elle ne sépare pas Dieu des joies charnelles, elle sait que la joie plaît au Seigneur plus que les larmes, la tristesse et les macérations. »

Tant de choses à dire… Ces quelques lignes ne valent que pâle reflet de la richesse des explorations offertes, libres perceptions.

L’autorisation d’être une professionnelle ambitieuse et une mère présente, attentionnée

Ne manquons pas d’ambition, agissons pour le meilleur… A ce jour, même si les progrès sont réels dans 104 pays sur 109, le challenge de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes n’est relevé par aucun pays de l’OCDE. Analyse à lire ici

Le portrait sociologique des femmes françaises dessiné par Elisabeth Badinter en ce début de 21ème siècle est éloquent : nous avons partiellement digéré les progrès d’émancipation féminine et peinons à accueillir la variété des désirs féminins, cf. « Fausse route » (2003) & « Le conflit, la femme et la mère » (2010). Au lieu de (mé)juger les choix personnels, il est important de valoriser toutes les voies d’épanouissement féminin, de surmonter les clichés, standards, s’affranchir des discours moralistes et célébrer tous les parcours s’ils sont gages de bonheur pour celles et ceux qui les vivent (enfants inclus).

filles et garçons, Dr Catherine Dolto. Éditions Gallimard Jeunesse, collection Giboulées, Mine de rien
filles et garçons, Dr Catherine Dolto. Éditions Gallimard Jeunesse, collection Giboulées, Mine de rien

 

Femme ≠ Homme. Désolée pour celles et ceux qui veulent absolument (faire) croire le contraire…

Ceci n’empêche pas d’acter enfin une égalité des chances, accepter un partage du pouvoir à égalité entre les femmes et les hommes. Sans conditions. Les travaux de Rejane Senac (Twitter @RejaneSenac) permettent de mieux comprendre ce sujet. Interview ici
Rappelons que « l’égalité entre les femmes et les hommes est l’un des principes fondateurs de l’Union européenne« , où les femmes sont plus nombreuses que les hommes 

Une femme déterminée

Photographe : Anne Mardirossian

#JamaisSansElles est une évidence !

Toutes les conditions sont réunies pour donner vie à cette égalité des chances. Il convient de mieux accueillir les femmes dans toutes sphères sociétales, et ainsi leur permettre de franchir un nouveau degré de libération.

Entre autres éléments, deux dynamiques sociales confirment la possibilité pour les femmes de mieux concilier vie professionnelle et vie privée, affective et familiale, quels que soient leurs choix en ces domaines. 1. La masculinité (paternité inclus) se redéfinit vers une présence plus sensible ; 2. Les technologies numériques, si elles sont déployées pour être mises au service des femmes et des hommes, sont des outils d’émancipation. A lire, cette synthèse RSE.net, septembre 2015  « Tout dépendra de la capacité des employeurs à utiliser ces outils pour leurs salariés, avant de l’utiliser pour la seule performance de leurs entreprises« . Jusqu’à quand le télétravail gris va-t-il prospérer ?  La symétrie des attentions peut apparaître comme la moindre des politesses.

La responsabilité sociale des entreprises se retrouve aussi dans leur capacité à offrir aux salarié.e.s une plus grande latitude dans l’exercice de leur métier de parents. Comme Anne Leguy le souligne en ouverture de son blog heureuxalecole.fr, « Une société ouverte et créatrice prend sa source dans la qualité éducative prodiguée à ses enfants« . Or la délégation parentale aux nourrices et à l’école a trouvé ses limites (inutile de vous faire un dessin :-)).

I want it all, I want it now

Bear market

Bien sûr, « tout savourer en même temps » (zénith professionnel, accueil d’un nouvel enfant,…) est irréaliste. A lire, ce cri du cœur de la journaliste canadienne Amy WesterveltExtrait : « We applaud companies for paying for female employees to freeze their eggs, but don’t push them to give women the space to have children during their actual child-bearing years and come back to work without losing their place in line. (…) Instead of changing the systems, we tell women to lean in (…) It’s a call for society to do better« . Elle souligne aussi le défaut de solidarité entre les femmes en environnement professionnel, les collègues masculins étant finalement plus respectueux de la maternité. Ce défaut de solidarité, tout comme le cliché des femmes envieuses et vicieuses, est vidé de toute réalité dans des environnements moins compétitifs, plus humanistes. Peu de dissertations ou récriminations sur les statuts féminins dans les entreprises libérées étudiées par Isaac Getz et Frederic Laloux ; à partir du moment où chacun(e) est libre d’être soi en respect des autres, l’égalité s’impose d’elle-même.

Nous sommes des êtres humains évolués, et devons nous comporter comme tels, mieux nous considérer les un(e)s les autres. Merci d’accepter qu’il y a sur Terre des milliards de manières d’être Femme. 

La Sagesse, et notamment la sagesse amérindienne contée par les femmes, nous invite à « marcher notre parole », vivre selon nos valeurs et aligner nos paroles et nos actes ; quitte à se désengager de systèmes inadéquats que nous ne pouvons pas changer (en écho, le principe binaire rappelé par un ami récemment : chacun décide de se soumettre ou se démettre).

A voir, ce film sur la beauté et la puissance d’être femme. Énergie féminine positive. Grandeur d’âme. « Today I rise (…) I will walk my path with audacity (…) I reconnect with the many aspects of myself (…) I face my wholeness as a woman & my limitless capacities (…) A movement of resoluteness and concern« .



« Quand chaque femme fait honneur au Soi, de la façon la plus dépouillée possible, l’énergie créatrice devient disponible pour l’ensemble, et cette énergie contribue aux changements qui soutiennent les transformations de l’humanité. Lorsque les femmes ne seront plus perdues, à demander aux autres de leur dire ce qu’elles devraient faire ou comment elles devraient vivre, il y aura de grands changements dans notre monde » Jamie Sans

C’EST MAINTENANT, NON ?

Simone de Beauvoir

« Je suis leader »… Une histoire transformationnelle


Être leader, devenir manager-leader, ne plus gérer à l’ancienne, prendre le lead, développer et asseoir notre leadership… On suit Peter Drucker sur le management effectif, on pirate le management avec Gary Hamel, on réinvente les organisations avec Frederic Laloux, on libère les potentiels humains avec Isaac Getz, Laurence Vanhee, on s’inspire des pratiques artistiques, militaires, sportives (arts martiaux, basket, danse, rugby,…) Et cætera, etc.

S’agit-il simplement de dépoussiérer les organisations pyramidales en simplifiant quelques processus organisationnels (sans revoir les circuits décisionnels), redorer le blason des autorités classiques en organisant des consultations publiques, maquiller d’anciennes figures managériales en les formant à la communication assertive ?

Non. Le besoin d’amélioration est profond. Trois constats :

1 – De nouvelles formes de pouvoir, décorrélées de toute considération statutaire, émergent en tous domaines, tous lieux ;

2 – L’autorité, si elle ne combine pas légitimité et crédibilité, est plus facilement remise en cause.

3 – Dans un monde VUCA (Volatility, Uncertainty, Complexity, Ambiguity), on mise sur l’intelligence collective ; il s’agit de la développer, la stimuler, l’orchestrer.

A LIRE pour mieux comprendre la problématique contemporaine, ce cahier de prospective (analyse en profondeur) sur le leadership et les  nouvelles expressions de pouvoir à l’ère numérique, issus d’ateliers de travail entre experts, chercheurs, entrepreneurs, salariés de grandes entreprises. Sous la direction de Carine Dartiguepeyrou.

Continue reading